jeudi 12 mars 2020

Reflexion autour de la création d'Adam dans le Coran


Sommaire
I) Le "bachar" auquel Iblis refusa de se prosterner et Adam sont-ils les mêmes personnes ?
II) Réflexion sur la création d'Adam et sa finalité
III) Avis de Geneviève Gobillot sur cette réflexion



I) Le "bachar" auquel Iblis refusa de se prosterner et Adam sont-ils les mêmes personnes ?


Iblis qui est un djiin (18:50) est banni pour avoir refusé de se prosterner devant Adam (7:18). Adam et son épouse habitent le paradis mais ne doivent pas approcher de l'arbre. Pourtant le Shaytan (Satan était en fait Iblis, voir C.20:116->120) les fait sortir du Paradis en les tentant avec l'arbre (7:20 et 2:36).

Nous allons tenter de repondre à ces premières questions avant de répondre à la question de savoir si ce Adam est effectivement le "bachar" dont Iblis refusa de se prosterner :

Mais d'abord pourquoi Iblis revient-il au Paradis alors qu'il a été banni par Dieu ? Pourquoi change-t-il de nom à cette occasion (de Iblis à Satan) ? Je n'ai pas la réponse à la dernière question mais pour les deux autres questions il me semble que l'on peut y répondre.


Nous remarquons qu'aux sourates 38 et 15 c'est au "bachar" à qui Iblis refusa de se prosterner, le nom Adam n'étant pas cité. Les sourates 7 et 2 parlent de Adam dont Iblis refusa la prosternation, il n'est plus question du "bachar".

De plus à ce "bachar" Dieu donne son "rouh" (esprit) tandis qu'avec Adam (C.2) Dieu lui apprend la science en lui apprenant les noms.


Inversion et interpolation ?


1) Inversion

Sachant que les sourates 38 et 15 parlent de bachar dont Iblis refusa la prosternation et que les sourates 7 et 2 parlent d'Adam dont Iblis refusa la prosternation, on remarque une inversion, ci-dessous en lettres capitales :

- Aux sourates 15 et 38, Dieu BANNI Iblis pour son refus de se prosterner devant ce "bachar". Iblis demande un délai jusqu'au jour de la résurrection, ce que Dieu accorde. Iblis promet ensuite DE DÉTOURNER LA MAJORITÉ DES HUMAINS.

- À la sourate 7, versets 16 et 18, Iblis refuse de se proterner devant Adam, Dieu lui ordonne de sortir. Dieu accorde un délai à Iblis suite à sa demande. CE DERNIER PROMET DE DÉTOURNER LA MAJORITÉ DES HUMAINS. Après ça, Iblis est BANNI.


On remarque l'inversion entre le bannissement et la promesse de détournement des humains selon qu'on lit la Sourate 7 ou 15 et 38, selon que c'est Adam ou le "bachar" qui est concerné.


2) Interpolation

Regardons de plus près ce que Guillaume Dye y a vu une interpolation (https://www.youtube.com/watch?v=gYDtMQnKTHU) :


- Aux sourates 15 et 38 les anges se prosternent devant le "bachar" juste après sa création.

- À la sourate 2, les anges se prosternent seulement après qu'Adam ait appris des noms (donc pas juste après sa création)


Conclusion :

Il me semble pour moi évident que ce "bachar" du Coran n'est pas Adam. Comme ce "bachar" a reçu l'esprit (rouh) de Dieu, il est probablement antérieur à Adam.

Iblis a été banni d'un Paradis pour avoir refuser de se prosterner devant ce "bachar", il sera descendu probablement à un Paradis inférieur où se trouvera Adam (les hadiths parlent de 100 degrés au paradis si ma mémoire est bonne). Paradis inférieur auquel Iblis sera aussi banni suite à son refus de se prosterner devant Adam. Il y reviendra pour tenter Adam et Ève à propos de l'arbre interdit avec le nom de Shaytan, Satan.


Ma réflexion sur Adam du 25 novembre 2019 en partie II se voit confirmée :

II) Réflexion sur la création d'Adam et sa finalité


2:30. Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges: "Je vais établir sur la terre un vicaire "Khalifa". Ils dirent: "Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier?" - Il dit: "En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas!".


2:31. Et Il apprit à Adam tous les noms (de toutes choses), puis Il les présenta aux Anges et dit: "Informez-Moi des noms de ceux-là, si vous êtes véridiques!" (dans votre prétention que vous êtes plus méritants qu'Adam).


2:32. - Ils dirent: "Gloire à Toi! Nous n'avons de savoir que ce que Tu nous a appris. Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage".


2:33. - Il dit: "Ô Adam, informe-les de ces noms;" Puis quand celui-ci les eut informés de ces noms, Allah dit: "Ne vous ai-Je pas dit que Je connais les mystères des cieux et de la terre, et que Je sais ce que vous divulguez et ce que vous cachez?"


Réflexion :


Le fait que Dieu dise qu'Il va établir un Vicaire ("Khalifa") sur Terre, la réponse surprenante des anges qui repondirent en forme interrogative que s'Il y désigne un, celui-ci y mettra le désordre et y répandra le sang alors que eux, les anges, sont là à le sanctifier et à le glorifier. Enfin la reponse de Dieu qui dit savoir ce que les anges ne savent pas pour mener Son projet à bien montre que la nature violente de l'espèce humaine était un frein au projet Divin de l'établissement d'un Vicaire sur Terre. Vicaire qui devait faire régner l'ordre et la paix.


Pour toute réponse pratique, Dieu apprit a Adam ce qu'il ne savait pas et c'est par cette propagation de ce savoir qui en apparence est profane que ce Vicaire fera finalement régner l'ordre et la paix (le contraire du désordre et l'effusion de sang). C'est donc par le chemin de la connaissance que l'homme sera mené vers Dieu puisque c'est la finalité dont se vantent les anges contre le projet Divin.


On comprend dès lors que ce Vicaire ("Khalifa") a pour finalité le connaissane de Dieu l'Unique et Son adoration par la recherche du savoir et que le dépôt (Amana) du C:33:72 a été accepté par l'Homme (Insan) avant Adam mais que cet Homme échoua.

Et ce fut au tour d'Adam et sa descendance (une autre espèce d'Homme ?!), donc nous, que ce dépot a été confié.

En quoi consiste ce dépôt si ce n'est de faire regner l'ordre et la paix par la propagation de la science/connaissance des choses de la vie qui ménera in fine vers la connaissance du Divin et son adoration ?


C'est pourquoi le Salut de l'Homme ne viendra que par la science dite profane couplée avec la science dite religieuse car c'est par la recherche de la science profane que nous serons amené à mieux connaître Dieu et au final à mieux l'adorer. Entre cette science dite profane et la science dite religieuse il y a le même langage de recherche de la vérité puisque l'un constate tandis que l'autre croit. Il faut donc les croiser pour pouvoir y voir avec l'œil de la certitude.


Par ailleurs ces passages coraniques développent l'idée du propos de Muhammad (SWS) d'aller chercher la science même jusqu'en Chine.


Qu'attendons-nous alors ?

III) Avis de Geneviève Gobillot sur cette réflexion

Bonjour Monsieur
C'est une belle réflexion, qui contient beaucoup de points justes et positifs. Il est en effet totalement faux qu'il y ait dans le Coran à ce sujet une ou des interpolations. Tout y a sa place. Mon analyse n'est pas exactement la même, mais elle rejoint la vôtre sur l'essentiel. Sauf que, selon ma lecture, il n'y a pas un tel fossé entre la science profane et la science "religieuse" ou plus précisément spirituelle. Les deux sont absolument nécessaires, mais la science profane doit être en quelque sorte au service du projet divin de paix universelle qui est effectivement la vocation de l'homme/calife qui a reçu la responsabilité de toutes les créatures pour respecter et protéger tous les êtres vivants dotés d'individualité et de conscience. C'est une tâche immense et un vrai casse-tête pour l'humanité qui, en principe, devrait s'y consacrer entièrement en abandonnant définitivement tous les sujets de guerre et de conflit entre les hommes. Je vous félicite en tout cas pour ces résultats essentiels.





Ci-dessous les versets des différentes sourates en correspondance étapes par étapes :

--------------------------

7:11. Nous vous avons créés, puis Nous vous avons donné une forme, ensuite Nous avons dit aux Anges: "Prosternez-vous devant Adam." Ils se prosternèrent, à l'exception d'Iblis qui ne fut point de ceux qui se prosternèrent.


2:34. Et lorsque Nous demandâmes aux Anges de se prosterner devant Adam, ils se prosternèrent à l'exception d'Iblis qui refusa, s'enfla d'orgueil et fut parmi les infidèles.


15:28. Et lorsque ton Seigneur dit aux Anges: "Je vais créer un homme d'argile crissante, extraite d'une boue malléable,

15:29. et dès que Je l'aurais harmonieusement formé et lui aurait insufflé Mon souffle de vie, jetez-vous alors, prosternés devant lui".

15:30. Alors, les Anges se prosternèrent tous ensemble,

15:31. excepté Iblis qui refusa d'être avec les prosternés


38:71. Quand ton Seigneur dit aux Anges: "Je vais créer d'argile un être humain.

38:72. Quand Je l'aurai bien formé et lui aurai insufflé de Mon Esprit, jetez-vous devant lui, prosternés".

38:73. Alors tous les Anges se prosternèrent,

38:74. à l'exception d'Iblis qui s'enfla d'orgueil et fut du nombre des infidèles

---------------------------


7:12. [Allah] dit: "Qu'est-ce qui t'empêche de te prosterner quand Je te l'ai commandé?" Il répondit: "Je suis meilleur que lui: Tu m'as créé de feu, alors que Tu l'as créé d'argile".


15:32. Alors [Allah] dit: "Ô Iblis, pourquoi n'es-tu pas au nombre des prosternés?"

15:33. Il dit: "Je ne puis me prosterner devant un homme que Tu as créé d'argile crissante, extraite d'une boue malléable".


38:75. (Allah) lui dit: "Ô Iblis, qui t'a empêché de te prosterner devant ce que J'ai créé de Mes mains? T'enfles-tu d'orgueil ou te considères- tu parmi les hauts placés?"

38:76. "Je suis meilleur que lui, dit [Iblis,] Tu m'as créé de feu et tu l'as créé d'argile".

-------------------------


7:13. [Allah] dit: "Descends d'ici, Tu n'as pas à t'enfler d'orgueil ici. Sors, te voilà parmi les méprisés."


15:34. - Et [Allah] dit: "Sors de là [du Paradis], car te voilà banni!

15:35. Et malédiction sur toi, jusqu'au Jour de la rétribution!"


38:77. (Allah) dit: "Sors d'ici, te voilà banni;

38:78. et sur toi sera ma malédiction jusqu'au jour de la Rétribution".

--------------------------


7:14. "Accorde-moi un délai, dit (Satan) jusqu'au jour où ils seront ressuscités."


15:36. - Il dit: "Ô mon Seigneur, donne-moi donc un délai jusqu'au jour où ils (les gens) seront ressuscités".


38:79. "Seigneur, dit [Iblis,] donne-moi donc un délai, jusqu'au jour où ils seront ressuscités".

-----------------------


7:15. [Allah] dit: "Tu es de ceux à qui délai est accordé."


15:37. [Allah] dit: ‹tu es de ceux à qui ce délai est accordé,

15:38. jusqu'au jour de l'instant connu" [d'Allah].


38:80. (Allah) dit: "Tu es de ceux à qui un délai est accordé,

38:81. jusqu'au jour de l'Instant bien Connu".

-----‐----------------------


7:16. "Puisque Tu m'as mis en erreur, dit [Satan], je m'assoirai pour eux sur Ton droit chemin,

7:17. puis je les assaillirai de devant, de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants."


15:39. - Il dit: "Ô mon Seigneur, parce que Tu m'as induit en erreur, eh bien je leur enjoliverai la vie sur terre et les égarerai tous,

15:40. à l'exception, parmi eux, de Tes serviteurs élus."

-----------------------


7:18. "Sors de là", dit (Allah) banni et rejeté. "Quiconque te suit parmi eux... de vous tous, J'emplirai l'Enfer".


7;19. "Ô Adam, habite le Paradis, toi et ton épouse; et mangez en vous deux, à votre guise; et n'approchez pas l'arbre que voici; sinon, vous seriez du nombre des injustes."

7:20. Puis le Diable, afin de leur rendre visible ce qui leur était caché - leurs nudités - leur chuchota, disant: "Votre Seigneur ne vous a interdit cet arbre que pour vous empêcher de devenir des Anges ou d'être immortels!".

7:21. Et il leur jura: "Vraiment, je suis pour vous deux un bon conseiller".

7:22. Alors il les fit tomber par tromperie. Puis, lorsqu'ils eurent goûté de l'arbre, leurs nudités leur devinrent visibles; et ils commencèrent tous deux à y attacher des feuilles du Paradis. Et leur Seigneur les appela: "Ne vous avais-Je pas interdit cet arbre? Et ne vous avais-Je pas dit que le Diable était pour vous un ennemi déclaré?"

7:23. Tous deux dirent: "Ô notre Seigneur, nous avons fait du tort à nous-mêmes. Et si Tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas miséricorde, nous serons très certainement du nombre des perdants".

7:24. "Descendez, dit [Allah], vous serez ennemis les uns des autres. Et il y aura pour vous sur terre séjour et jouissance, pour un temps."

7:25. "Là, dit (Allah), vous vivrez, là vous mourrez, et de là on vous fera sortir."


2:35.Et Nous dîmes: "Ô Adam, habite le Paradis toi et ton épouse, et nourrissez-vous-en de partout à votre guise; mais n'approchez pas de l'arbre que voici: sinon vous seriez du nombre des injustes".


2:36. Peu de temps après, Satan les fit glisser de là et les fit sortir du lieu où ils étaient. Et Nous dîmes: "Descendez (du Paradis); ennemis les uns des autres. Et pour vous il y aura une demeure sur la terre, et un usufruit pour un temps.


2:37. Puis Adam reçut de son Seigneur des paroles, et Allah agréa son repentir car c'est Lui certes, le Repentant, le Miséricordieux.


2:38. - Nous dîmes: "Descendez d'ici, vous tous! Toutes les fois que Je vous enverrai un guide, ceux qui [le] suivront n'auront rien à craindre et ne seront point affligés".


2:39. Et ceux qui ne croient pas (à nos messagers) et traitent de mensonge Nos révélations, ceux-là sont les gens du Feu où ils demeureront éternellement.

----------------------------


Autres versets en lien avec le post :


1)L'annonce par Dieu de l'établissement du Khalifa sur terre


2:30. Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges: "Je vais établir sur la terre un vicaire "Khalifa". Ils dirent: "Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier?" - Il dit: "En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas!".


2:31. Et Il apprit à Adam tous les noms (de toutes choses), puis Il les présenta aux Anges et dit: "Informez-Moi des noms de ceux-là, si vous êtes véridiques!" (dans votre prétention que vous êtes plus méritants qu'Adam).


2:32. - Ils dirent: "Gloire à Toi! Nous n'avons de savoir que ce que Tu nous a appris. Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage".

2:33. - Il dit: "Ô Adam, informe-les de ces noms;" Puis quand celui-ci les eut informés de ces noms, Allah dit: "Ne vous ai-Je pas dit que Je connais les mystères des cieux et de la terre, et que Je sais ce que vous divulguez et ce que vous cachez?"

2:34. Et lorsque Nous demandâmes aux Anges de se prosterner devant Adam, ils se prosternèrent à l'exception d'Iblis qui refusa, s'enfla d'orgueil et fut parmi les infidèles.


2)


17:61. Et lorsque Nous avons dit aux Anges: "Prosternez-vous devant Adam", ils se prosternèrent, à l'exception d'Iblis, qui dit: "Me prosternerai-je devant quelqu'un que tu as créé d'argile?"

17:62. Il dit encore: "Vois-Tu? Celui que Tu as honoré au-dessus de moi, si Tu me donnais du répit jusqu'au Jour de la Résurrection; j'éprouverai, certes sa descendance, excepté un petit nombre [parmi eux]".

17:63. Et [Allah] dit: "Va-t-en! Quiconque d'entre eux te suivra... votre sanction sera l'Enfer, une ample rétribution.


3)


18:50. Et lorsque Nous dîmes aux Anges: "Prosternez-vous devant Adam", ils se prosternèrent, excepté Iblis [Satan] qui était du nombre des djinns et qui se révolta contre le commandement de son Seigneur. Allez-vous cependant le prendre, ainsi que sa descendance, pour alliés en dehors de Moi, alors qu'ils vous sont ennemis? Quel mauvais échange pour les injustes!

18:51. Je ne les ai pas pris comme témoins de la création des cieux et de la terre, ni de la création de leurs propres personnes. Et Je n'ai pas pris comme aides ceux qui égarent.


4)


20:116. Et quand Nous dîmes aux Anges: "Prosternez-vous devant Adam", ils se prosternèrent, excepté Iblis qui refusa.

20:117. Alors Nous dîmes: "Ô Adam, celui-là est vraiment un ennemi pour toi et ton épouse. Prenez garde qu'il vous fasse sortir du Paradis, car alors tu seras malheureux.

20:118. Car tu n'y auras pas faim ni ne sera nu,

20:119. tu n'y auras pas soif ni ne seras frappé par l'ardeur du soleil".

20:120. Puis le Diable le tenta en disant: "Ô Adam, t'indiquerai-je l'arbre de l'éternité et un royaume impérissable?"


5)


26:94. Ils y seront donc jetés pêle-mêle, et les errants aussi,

26:95. ainsi que toutes les légions d'Iblis.

26:96. Ils diront, tout en s'y querellant:

26:97. "Par Allah! Nous étions certes dans un égarement évident,

26:98. quand nous faisions de vous les égaux du Seigneur de l'univers




vendredi 12 octobre 2018

Patricia Crone butant sur le Coran

Je kiffe cette séquence vidéo où on voit une chercheuse (Patricia Crone) de l'école hypercritique butant sur le Coran et admettre juste avant cette séquence l'existence historique du Prophète Muhammad (sws) qui l'a transmis.
Du coup j'ai créé un gif que j'ai importé dans Wikimédia pour ensuite le mettre dans ma page perso de Wikipédia en l'honneur de ce mémorable moment (J'adooooررر le titre 😜) :
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Patricia_Crone_butant_sur_le_Coran.gif


mardi 9 octobre 2018

Les versets universels et transhistoriques 

Michel Cuypers a étudié entre autres les sourates 12 (Joseph) et 5 (La Table) et il émit l'hypothèse que les versets au centre de structures concentriques sont universels et transhistoriques. Cette thèse qui concerne la rhétorique semitique reste à prouver pour le Coran puisque toutes les sourates n'ont pas encore été vérifié.
Ainsi, dans la sourate 5, les versets 48-50 se trouvent au centre d'une structure concentrique : « Pour chacun de vous nous avons fait une voie et un chemin, et si Dieu avait voulu, il vous aurait fait une communauté unique. Mais il vous éprouve dans ce qu’il vous a donné : Surpassez-vous dans les bonnes œuvres. Vers Dieu est votre retour à tous : il vous informera de ce en quoi vous divergiez ».

De même toujours dans la sourate 5, se trouve le verset 69, au centre du passage 65-71 : « Ceux qui croient, et ceux qui pratiquent le judaïsme et les sabéens et les chrétiens, quiconque croit en Dieu et au Dernier Jour, et fait œuvre bonne, il n’y a pas de crainte sur eux, ils ne seront pas affligés ». Certains exégètes affirment que ce verset est abrogé tandis que pour d'autres le passage ne concerne que les chrétiens et juifs d'avant la révélation coranique. Une minorité enfin reconnaît pleinement la portée de ce verset. Les travaux de Cuypers rejoignent ces derniers puisqu'il « montre que ce verset se trouve au centre du discours, ce qui témoigne, au regard des lois de la rhétorique sémitique, de sa portée fondamentalement universelle et transhistorique ». Ainsi, les deux versets ci-dessus « occupent chacun le centre de deux passages, eux-mêmes situés en des lieux symétriques, dans la sourate 5 ».

Il en est de même pour la sourate 12 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/88/La_sourate_12_composée_en_rhétorique_sémitique.png où les versets 35 à 42 sont un rappel du monothéisme, l'adoration de Dieu l'unique et qui se trouvent au centre de la construction concentrique qui occupent tous les versets de la sourate.

Maintenant nous avons une 3ème sourate où Cuypers a eu l’occasion de diriger le travail d’un étudiant, monsieur Yaniss Warrach, sur la sourate 24 (*). La structure du passage où se trouve le verset 31 est décrite p. 273 - 274 du Livre. Les versets 30 et 31 sont au centre d'une sous-séquence 27-33. Ce qui montre l'importance que revêtent les versets 30 et 31 concernant la pudeur des hommes et des femmes en général mais aussi la tenue décente des femmes en particulier.
Toutefois pour relativiser, Cuypers précise que cela indiquerait plutôt une insistance sur les règles édictées dans 30-31. Il précise que l’opposition « centre ouvert et universel » contre « cadre plus circonstanciel », qu'il a décrit dans le Festin, n’est pas une règle absolue. "C’est un constat que j’ai fait pour certains centres de la sourate 5, mais qui n’est pas forcément généralisable."

(*) On peut trouver une première publication dans Yaniss Warrach, « Analyse rhétorique de la sourate de la Lumière (24) », dans Studi del quarto convegno RBS, International Studies on Biblical and Semitical Rhetoric, Retorica Biblica et Semitica 5, Roland Meynet-Jacek Oniszczcuk ed., Gregorian and Biblical Press, Roma 2015

dimanche 22 avril 2018

L'analyse des "mots ou phrases crochets" du Coran par Guillaume Dye

J'aborde avec plaisir ce sujet très intéressant, passionnant même puisqu'il touche au fondement du dogme de l'inimitabilité. Il s'agit de l'authenticité du Coran.

Guillaume Dye a eu l'amabilité de m'envoyer son article qui critique les travaux de Michel Cuypers : "Réflexions méthodologiques sur la rhétorique coranique"
Je l'ai lu et leur ai envoyé mon commentaire sur un point non évoqué par Cuypers, lors de sa réponse à G. Dye, qui concerne les mots ou phrases crochets. C'est en effet un sujet qui me semble très important. En réponse, Cuypers m'apprend les raisons pour lesquelles il n'a pas évoqué ce sujet. Il trouve d'abord l'hypothèse de G. Dye intéressante. Ensuite, ce domaine de la critique historique n'est pas sa spécialité.

Que dit Guillaume Dye ?

Guillaume Dye donne dans son article "l'explication la plus plausible" en terme de conclusion concernant les mots ou phrases crochets du Coran qui lient harmonieusement les sourates N et N+1 et qui se résume en un mot : interpolation. Des scribes auraient donc ajouté ces mots ou phrases crochets lors de la mise en compilation du Mushaf après la mort du prophète Muhammad (sws).

Citons deux exemples de liaisons harmonieuses entre les sourates N et N+1 à la page 164 du pdf :

1)
Q 1:6 (ihdinā ṣ-ṣirāṭa l-mustaqīm) «s ’accroche» très bien à Q 2:2 (ḏālika l-kitābu lā rayba fīhi hudan li-l-muttaqīn), pour des motifs thématiques (la notion de guidance) et phonétiques (mustaqīm /muttaqīn).

2)
Le thème de la véracité de la révélation et de la croyance permet le lien entre Q 12:111 et Q 13:1 ( Noter l’opposition yu’minūn/lā yu’minūn.)

Selon G. Dye, "le principe [N, N+1] fonctionne dans 85,41 % des cas" dans les 50 premières sourates qui comportent 86.04% de la totalité" du Coran, "les cas où elle ne se vérifie pas s’expliquent en général très facilement". Ceci montre clairement que cela ne peut être dû à un hasard, chose que les musulmans affirment aussi, par ailleurs.

Il faut savoir que l'un des trois avis des savants musulmans est que l'ordonnancement des sourates à été fait par le prophète Muhammad lui même. Cet ordonnancement des sourates de la plus grande à la plus petite, à quelques exceptions près, combiné avec leurs enchaînements harmonieux (grâce aux mots ou phrases crochets) ne peuvent logiquement pas avoir de liens avec la chronologie des sourates. Or, le Coran est descendu dans le temps, versets par versets, sourates par sourates durant ces 23 ans de la prédication de Muhammad (sws) dans un ordre totalement différent de l'ordonnancement des sourates tel que nous avons.

Guillaume Dye écrit d'ailleurs :
"Autrement dit, par quel miracle le début de la sourate N+1 s’enchaîne-t-il harmonieusement avec la fin de la sourate N, alors même que les sourates se trouvent à peu près ordonnées des plus longues aux plus brèves ?"

Et si justement il s'agissait d'un miracle, une preuve d'inimitabilité du Coran ?
Bien que le sujet soulevé n'est pas nouveau, la conclusion de Dye, après sa démonstration minutieuse, est une thèse qui convaincra n'importe quel non-musulman de la justesse des arguments. Sauf que... elle est contredite par les données matérielles. Je m'explique :
Michel Cuypers et Geneviève Gobillot citent M.-A. Amir-Moezzi dans le livre "Idées reçues sur le Coran" au sujet des manuscrits de Sana'a (p.18) :
"En sus de quelques variantes orthographiques et lexicographiques mineures, 22 % des 926 groupes de fragments étudiés présentent un ordre de succession de sourates complètement différent de l'ordre connu."

On remarque que sur ces 22% des 926 corans indiqué par Moezzi, il n'a été signalé aucun changement majeur dans le texte qu'implique les mots ou phrases crochets sur une version coranique originale.
Or, si ces manuscrits qui diffèrent complètement dans l'ordre des sourates gardent exactement les mêmes mots (pour ce qui est des mots et phrases crochets du moins) cela tendrait à prouver que la thèse que défend G. Dye est probablement erronée puisqu'aucun scribe n'est intervenu matériellement sur les milliers de feuillets coraniques du 1er siècle de l'hégire pour harmoniser les sourates après les avoir ordonnées en gros de la plus grande à la plus petite. En d'autres termes il n'y a aucune différence dans le texte entre les anciens manuscrits qui suivent l'ordre des sourates actuel et les anciens manuscrits qui ne le suivent pas. D'où la contradiction entre cette thèse purement théorique et les nombreuses données matérielles.

La réponse de G. Dye pour ce qui concerne les 22% des 962 corans qui ont un ordre de sourates différent de celui d'Othman est qu'il "faudrait donc plus de détails sur le corpus exact sur lequel se fonde Amir-Moezzi (Cuypers et Gobillot ne donnent pas la référence de son affirmation)".
Quant au palimpseste de Sana'a, G. Dye assure que les passages concernant ces "interpolations" ne sont pas présents dans la couche inférieure du palimpseste.

En fait apres vérification, il y a bien une phrase crochet dans la couche inférieure du palimpsteste de Sana'a (le folio 32A où se trouve le Q 12 :111 et le folio 34B où se trouve le Q 13 : 1.  :
http://www.islamic-awareness.org/Quran/Text/Mss/soth.html) mais dans le livre Sadeghi et Goudarzi que l'on peut trouver en ligne (https://www.scribd.com/doc/110978941/Sanaa-1-and-the-Origins-of-the-Qur-An) on ne trouve que deux mots sur tout le verset du Q13:1 de la couche inférieure, ce qui est trop peu pour en tirer une quelconque conclusion même si ces deux mots sont identiques au Coran d'Othmân.

Conclusion :
Suite aux échanges avec G. Dye, on peut dire que même si effectivement le Q12:111 et le Q13:1 de la couche inférieure du palimpsteste de Sana'a sont identiques au coran d'Othmân, et à supposer que cette couche inférieure soit antérieure à celui-ci, cela ne changera pas la conviction de Dye qu'on a à faire à des interpolations, les mots ou phrases crochets sont trop nombreux effectivement pour être tous démentis par les données factuelles. Bien entendu je comprends ce raisonnement étant donné qu'ils excluent d'avance l'idée de miracle.
Le problème est que ces interpolations ne sont vérifiables dans aucun des très nombreux manuscrits coraniques anciens. Au contraire, tous les manuscrits anciens authentifient plutôt le Coran actuel.
Pour moi, G. Dye se trouve donc dans une impasse :
Sa thèse est convaincante pour l'esprit scientifique non-musulman certes mais sans pouvoir y apporter la moindre preuve parmi ces très nombreux exemples de mots ou phrases crochets cités dans son article.
Un esprit scientifique musulman par contre y trouvera en s'appuyant sur le fait que les anciens manuscrits coraniques sont identiques à peu de choses près au Coran actuel une explication simple confirmant la nature du Livre : Le Coran étant parole Divine et Dieu Omniscient (connaissant les événements passés et futurs), ces mots ou phrases crochets qui lient les sourates N et N+1 appuient le caractère de l'inimitabilité du Coran, celui miracle coranique. Et un miracle n'a pas d'explication.

mercredi 4 avril 2018

La rhétorique sémitique, un nouveau critère indispensable à ajouter pour authentifier les hâdiths ?

C'est en lisant les articles de Roland Meynet, spécialiste de la rhétorique sémitique dans la Bible et Michel Cuypers specialiste de la rhétorique sémitique dans le Coran qu'il m'est venu à l'idée de rajouter un nouveau critère pour authentifier un hâdith qui pourrait être déterminant. Il s'agit de vérifier si le hâdith est bien composé en rhétorique sémitique, ce qui permettra du coup d'éliminer les hâdiths qui ne sont pas construits suivant cette règle. Il sera certain dès lors que ces hâdiths auront été fabriqués ou inventés bien après la mort du prophète, à un moment où la rhétorique sémitique fut remplacée par la rhétorique grec que l'on utilise de nos jours partout dans le monde.

Or, on sait que les premiers commentateurs du Coran depuis le 9ème siècle au moins ne connaissaient pas la rhétorique sémitique, qui a été oubliée depuis donc au moins l'époque de Bukhari et Muslim. C'est ce que constate Michel Cuypers. Pourtant il a été constaté aussi que jusqu'à au moins quelques décennies après l'époque du Prophète, la rhétorique sémitique était le moyen de composer des textes chez les arabes puisque la Qasida, au moins une partie des hâdiths (6 hâdiths de Bukhari et Muslim ont pu être vérifiés) et le Coran sont ainsi composés.
À ce jour seulement quatre hâdiths célèbres de Bukhari et deux de Muslim ont été analysés par Roland Meynet. Le choix n'etait donc pas un hasard d'autant qu'il dit lui même avoir choisi ceux qui "allaient bien [...] pour la rhétorique sémitique". Reste à vérifier les milliers de hadiths de ces deux corpus. Et il risque d'y avoir des surprises.
J'ai soumis l'idée à Meynet puis à Cuypers, le premier m'avouant ne pas y avoir pensé, le second disant que c'est une remarque intéressante qui mérite d'être vérifiée dans les textes.

Pour en savoir un peu plus sur la rhétorique sémitique dans le Coran sur Wikipédia (texte bien sourcé que j'ai rédigé avec un autre contributeur d'ailleurs) :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Coran#Rhétorique_sémitique_ou_la_question_de_la_cohérence_du_texte

Bukhari :
Construction parallèle
2, 33
3, 20
23, 93bis
24, 26

Muslim :
Construction concentrique :
1, 1
1, 6

dimanche 1 avril 2018

Petite réflexion suite à ma contribution dans l'article Coran de Wikipédia

La composition du Coran en rhétorique sémitique qui est d'une très grande complexité ce qui en fait un représentant éminent de ce type de composition selon Cuypers dépassant même tous les autres textes (même la Bible), combiné à l'agencement des sourates qui fonctionnent par paires thématiques ainsi que les fins des sourates [N] et les débuts des sourates [N+1] qui sont liées avec des mots crochets alors que l'ordre chronologique est différent de l'ordre établit dans le Mushaf ce qui fait dire à Dye qu'en dehors de l'explication du miracle il y a l'hypothèse de l'interpolation, sans oublier la très riche et complexe intertextualité dans le Coran qui fait des multiples liaisons avec des textes antérieurs de la Bible et des textes apocryphes, mais aussi la complexité de la langue coranique qui emprunte des mots de beaucoup de langues sémitiques, et enfin l'unité textuel et la cohérence de l'ensemble du Coran selon Boisliveau... tout ces faits fragilise l'hypothèse de sa rédaction par de nombreux auteurs et sur une longue période de l'école hypercritique.

Ma question est comment un Livre que certains prétendent n'être qu'un plagiat des textes antérieurs peut-il les surpasser ?

Sections à lire :
1) Données sur la composition en rhétorique sémitique :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Coran#Rhétorique_sémitique_ou_la_question_de_la_cohérence_du_texte

2) Données intertextuelles :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Coran#Données_intertextuelles

vendredi 17 novembre 2017

Les différences entre la couche inférieure du palimpseste de Sana'a et le Coran actuel

De tous les manuscrits coraniques anciens existants, seul le palimpseste de Sana'a diffère du Coran actuel.
Asma Hilali qui a étudié les 36 folios du palimpseste le dit elle même que c'est "un manuel de lecture et d’apprentissage du Coran" puisque au début de la sourate 9 le scribe écrit la basmala sauf que dans tous le Coran actuel c'est la seule sourate qui ne debute pas par cette formule. On trouve une correction d'un correcteur qui écrit "ne dit pas "Au nom de Dieu"".
Des chercheurs ne sont peut-être pas de son avis mais on en saura bientôt beaucoup plus puisqu'a été trouvé récemment en 2017, toujours à Sana'a, 40 autres folios de ce même palimpseste

Ci-dessous les différences entre la couche intérieure du palimpseste et le Coran actuel tiré du livre de Asmâ Hilali, "The Sana Palimpsest" de février 2017. Malheureusement les 40 folios trouvés récemment ne sont pas inclus.

Le dernier tableau concerne la couche supérieure.