lundi 9 septembre 2013

La non-violence des Prophètes bibliques dans le Coran

Ci-dessous un tableau résumant les différences entre la Bible et le Coran concernant une certaine violence des récits liée aux prophètes avec ensuite les commentaires de spécialistes. On constatera que pour ces quelques passages violents de la Bible, le Coran ne les reprend pas à son compte. Par contre, l’exégèse coranique puisera dans les Isra’iliyat pour raconter l’histoire des prophètes lorsque le Coran et les hadiths n’apportent pas d’éclairage. Suivra ensuite une analyse ou tentative d’explication de l’ensemble. Il est à noter que cet article ne parle que des personnages communs à la Bible et au Coran.


  1. -      Tableau analogique

Bible
Coran
Commentaires



Dans la Genèse (9,18-27), Noé boit le vin et se retrouve complètement soûl et nu en train de dormir. Cham l’ayant vu ainsi, Noé maudira le fils de Cham, Canaan, à être le serviteur de Sem et Japhet







Inexistant
L’exégèse biblique explique que Cham aurait violé son père Noé pendant que celui-ci dormait. En conséquence, Noé maudit le fils de Cham, Canaan, et le condamne ainsi que sa descendance à servir Sem, Japhet et leurs descendances (1).
Pour Benjamin Braude, le Coran a une logique de reprise abrégée et pieuse des récits bibliques, ici nul héros ne s’enivre, et rien d’inconvenant ne se déroule dans la tante (2).
Dans la Genèse (19,17-38), les filles de Loth couchent avec leur père après lui avoir fait boire du vin afin de conserver sa race. Elles enfanteront chacune un garçon.


Inexistant
-
Moïse tue un égyptien, aucune allusion à une repentance.
Moïse tue un égyptien puis fait acte de repentance.
Refus du Coran d’attribuer la violence à Dieu ou à un prophète (Moïse n’était pas encore prophète lorsqu’il tua l’égyptien)(4).
Dix plaies d’Egypte dont la mort des fils ainé des enfants d’Egypte.
Neuf plaies d’Egypte, pas de morts d’enfants.
Selon Geneviève Gobillot, le Coran n’attribue pas ce genre de violence à Dieu (4).

Moïse massacre 3000 hébreux qui ont adoré le veau (Exode 32, 27-28).
Dans la sourate 2, verset 54, Moïse demande aux hébreux de s’entretuer pour se faire pardonné par Dieu. Aucune suite n’est donnée à l’histoire.
L’exégèse coranique reprendra à son compte les récits bibliques en les amplifiants.
Cependant, selon Geneviève Gobillot, le véritable sens de "ouktoulou anfousakom" du verset 54, sourate 2 est de "se tuer sois-même" (et non de s’entre-tuer) c.-à-d. que c'est un combat intérieur comme l'affirment les soufis (3.1).
Massacre des habitants de Madian par l'armée hébreu, les captifs femmes et enfants sont exécutés sous l'ordre de Moïse sauf les fillettes vierges que les hébreux gardent pour eux (Nombre 31, 1-20).
Dans la sourate 2, verset 58-59, les hebreux entrent dans une cité où ils purent manger de ses fruits. Il leur est seulement demandé de se prosterner en y entrant en échange du pardon de Dieu.
Geneviève Gobillot fait le parallèle avec la sourate 2, verset 58-59 où après la fuite d'Égypte, les hébreux emmenés par Moïse entrent pacifiquement dans une ville sans combattre, ville qu'elle identifie à Madian(3.2).
Dans le Livre de Josué, les hébreux sous le commandement de Josué massacrent les habitants de Canaan.


Inexistant
L’exégèse Coranique reprendra les récits Bibliques en identifiant dans le Coran le serviteur de Moïse à Josué (Coran XVIII, 59)(3).
David a une relation hors mariage avec Bethsabée qui est mariée puis, finira par tuer son mari Urie après avoir appris qu'elle était enceinte de lui pour la prendre pour épouse ( 2 Sm 11).
Aucune allusion n'est faite que David avait une maîtresse, ni au meurtre de son mari.
Selon Jean-Louis Déclais, David étant un prophète dans le Coran, il ne peut plus être accusé de tels crimes puisque la doctrine enseigne que les prophètes ont toujours été protégés contre les péchés graves(5).

  1. 1-      Le Cas de Jésus

Bible
Coran
Jésus Christ meurt sur la croix dans d’atroces souffrances.
Réfutation de la mort de Jésus sur la Croix, Dieu l’a soustrait à ses bourreaux (Coran 3, 55 et 4, 157-158)(6).



2. -  Analyse

La Bible contient certains passages de la vie des prophètes rudes voir violents que le Coran ne reprend quasiment pas.
Benjamin Braude l’explique en affirmant que le Coran est dans une logique abrégée et pieuse des récits prophétiques. Il ajoute que lu isolément, le Coran est comparable à une main qui pour applaudir a besoin de l’autre main que sont les traditions juives et chrétiennes pour donner le son. Ceci fait que juifs, chrétiens et musulmans lisent le même texte (2).
Tandis que Geneviève Gobillot soutient que le Coran réfute la violence attribuée à Dieu ou à un prophète. Pour elle, le Coran fait une relecture de tous les Textes sacrés monothéistes de l’époque.
Selon Ali Merad, les récits des prophètes dans le Coran ne visent pas à rétablir des vérités historiques mais le but est de donner un enseignement moral, pour leur vertu édifiante et leur valeur d'exemple (6).



Pour l'analyse et la réfutation du massacre des hébreux sous l'ordre de Moïse, lire mon post de 2011 :Le Prophète Moïse a t-il massacré les hébreux dans l'islam ?


3- Le prophète Muhammad dans la Sira et les hâdiths victime de déformations aussi ?

Il ne s'agit pas de dire que les prophètes bibliques du Coran n'ont jamais pris les armes ou qu'ils n'incitèrent jamais à prendre les armes mais qu'ils ne commettaient jamais l'injustice. Au contraire même, ils la combattaient. En effet, on sait que par exemple Moïse dans le Coran ordonna à son peuple de combattre un peuple redoutable, ou que David combattit Goliath et le tua lors d'une guerre.

Maintenant je reviens à l'islam et au prophète Muhammad (sws) pour affirmer ce qui suit :
Si la Bible à subit des rajouts ou falsifications, l'islam aussi n'a pas échappé au sort de ses prédécesseurs.
Hâdiths, sira et exégèses ont mêlés le vrai et le faux au point de déformer l'islam des origines. Et comment peut-il en être autrement quand ont sait qu'ils ne furent mis à l'écrit que 120 à plus de 200 ans après la mort du prophète ?
Au contraire, le Coran lui est resté authentique car les manuscrits coraniques trouvés qui sont très proches de l'époque du Prophète Muhammad (sws) sont identiques au Coran actuel, c'est une raison suffisante pour justifier de son authenticité.

Il y a de forts points communs entre le Coran et les Homélies pseudo-clémentines, ces Écrits apocryphes chrétiens.
Voici 2 exemples de ces apocryphes que l'on pourra trouver dans les articles et conférences de Geneviève Gobillot comme "le Coran, nouvelles approches", CNRS éditions où elle a écrit un article :

- (II, 52, 1-3) "j'en suis persuadé, Adam ne commettait pas de transgression, lui qui fut conçu par les mains de Dieu, Noé ne s'enivrait pas, lui qui a été trouvé l'homme le plus juste du monde entier ; Abraham n'était pas uni à trois femmes en même temps, lui dont la tempérance lui a valu d'avoir une nombreuse postérité : Jacob non plus n'avait pas de rapports intimes avec quatre femmes, dont deux étaient même sœurs, lui qui a été le père de douze tribus et qui a annoncé la venue de notre Maître. Moïse n'était pas un meurtrier et ce n'est pas auprès d'un prêtre des idoles qu'il apprenait à juger, lui qui a été le prophète de la Loi de Dieu pour le monde entier et dont on a témoigné qu'il a été, par la droiture de sa pensée, un intendant fidèle."

Et le verset suivant est encore plus explicite puisqu'il donne l'instigateur de ces ajouts et déformations qui n'est autre que Satan :
- (Homélies II, 38,1) : "Peu de temps après (sa révélation à Moïse) la Loi, mise par écrit, accueillit certains ajouts et des mensonges hostiles au Dieu unique, créateur du ciel et de la terre et de tout ce qu'ils contiennent ; le Mauvais avait eu l'audace d'en être l'exécuteur pour une juste raison." (À savoir mettre les hommes à l'épreuve conformément à une volonté divine)

 Les titres des conférences et articles de Geneviève Gobillot sont "Le Coran guide de lecture des Écritures" ou encore "Le Coran guide de lecture de la Bible et des textes apocryphes".
Ce n'est pas un hasard car justement l'un des noms du Coran est Furqan (فرقان), le discernement, c'est à dire qui sépare le vrai du faux comme la Sourate 3, verset 3. Ou encore le Rappel (ذكر) comme à la Sourate 15, verset 9.

En conclusion je citerais le Coran (68; 4) qui décrit le Prophète Muhammad comme étant "d’une moralité éminente" ce qui invalide tous les récits immoraux fabriqués par ses ennemis.



Notes et références : 
(1)  Lire sur Interbible avec l'étude de Sébastien Doane, en ligne (http://www.interbible.org/interBible/decouverte/insolite/2011/insolite_110114.html)
(2) Braude Benjamin, "Cham et Noé. Race et esclavage entre judaïsme, christianisme et islam", In Annales. Histoire, Sciences Sociales, 57e année, N.1, 2002, p.94 et 97, sur Persée en ligne (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_2002_num_57_1_280030)
(3) Malek Chebel, "Dictionnaire encyclopédique du Coran", sur Google Livre en ligne, aller sur l'index J pour Josué : (http://books.google.fr/books?id=-ehi3S8PLTUC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false)

(3.1)Conference de Geneviève Gobillot dans youtube : http://m.youtube.com/watch?feature=c4-feed-u&v=gRmSMerXGcc
(3.2)Conference vidéo "Le Coran guide de lecture de la Bible et des textes apocryphes" de Geneviève Gobillot consultable sur le site Akadem, http://www.akadem.org/sommaire/colloques/qui-a-ecrit-la-tora-/le-coran-guide-de-la-lecture-de-la-bible-et-des-textes-apocryphes-10-11-2011-12944_4190.php à partir de la 13 ème minute et 50 ème seconde
)
(4) Genevieve Gobillot, "Le Coran, guide des lecture des Écritures", Lire ou écouter sur le site de Canal Académie : (http://www.canalacademie.com/ida8229-Genevieve-Gobillot-Le-Coran-guide-de-lecture-des-Ecritures.html)
(5) Jean-Louis Déclais, "David raconté par les musulmans", 1999, Le Cerf, Paris, dans la revue "religions et histoire" N°1 de mars-avril 2005, p.36
(6) Merad Ali, "Le Christ selon le Coran", In : Revue de l'Occident musulman et de la méditerrannée, N°5, 1968, p.82 et 90 sur Persée en ligne ( http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0035-1474_1968_num_5_1_983)

Aucun commentaire: