samedi 29 janvier 2011

Le prophète Moïse a-t-il massacré les hébreux dans l'islam ?

Le massacre des hébreux sous l'ordre de Dieu ne fait pas de doute dans la Bible alors que le Coran le laisse entendre. C'est l'exégèse Coranique qui affirme qu'il y a eut massacre.
  « Et lorsque Moïse dit à son peuple : Ô mon peuple, Vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en adoptant le culte du Veau. Repentez-vous donc à votre Créateur, entretuez-vous (ou donnez-vous la mort selon les traductions), ceci est meilleur pour vous auprès de votre Créateur qui vous a pardonné. Car il est Plein de mansuétude et de clémence.» (Sourate 2, Verset 54)

Rien dans le Coran ne permet d'affirmer que Moïse massacra les hébreux pour avoir adoré le veau en dehors de Dieu, sauf ce passage du Coran ; les exégètes du Coran soutiennent que la Sourate 2, verset 54 est à interpréter dans le sens du massacre en précisant que l'ordre ou le conseil de Moïse fut mis à exécution. Mais il semble que cette affirmation se base sur les israiliyat, les récits des Gens du Livre (Juifs et chrétiens) puisqu'il n'existe pas de hadiths remontant au Prophète Muhammad parlant de massacre ordonné par Dieu. Par ailleurs, les traductions de ce verset donnent en général : « donnez-vous la mort » alors qu'il est possible de lui donner un sens figuré qui serait : « combattez vos âmes ». L'interprétation unanimement admise s’appuie certainement à l’origine sur la Bible qui dit que Moïse fit égorger 3000 hommes de son peuple choisis au hasard (Exode, Chapitre 32, Verset 27-28). Aussi, il faut dire que même si Moïse demanda effectivement aux hébreux de s'entretuer, rien ne dit que les hébreux suivirent le conseil ou l'ordre de Moïse car d'abord le Coran ne donne pas la suite de l'histoire, ensuite l'image que nous donne le Coran de ces hébreux est l'image de personnes qui ne font qu'à leurs têtes. 
En étudiant le récit Coranique, il est donc permis de se poser des questions quant à la réalité de ce massacre (ainsi qu'au nombre d'hébreux massacrés), ceci pour plusieurs raisons :


·      Dieu fit le reproche à Moïse d’avoir hâté sa rencontre auprès de lui. Ainsi, Dieu trouve des excuses aux enfants d’Israël (ils n’étaient pas préparés à une telle absence de Moïse) et explique pourquoi Il leur a pardonné (Sourate 20, verset 83-85 ; Sourate 2, Verset 51-52).
·      Dans ce verset 54, Dieu leur pardonna (fa-taba ‘alaïkom) avant même que les enfants d’Israël ne fassent l’effort demandé par Moïse de s'entretuer, ce qui est contradictoire.
·         Le Samaritain, qui fait partie des enfants d’Israël, est l’inventeur du veau qu’il disait être Dieu, l’instigateur de son adoration, pourtant Moïse le laissa partir sain et sauf (non mentionné dans la Bible).
·         Après l’adoration du veau, Dieu leur pardonna afin qu’ils soient reconnaissants : « Mais, malgré cela, Nous vous avons accordé Notre pardon, peut-être serez-vous reconnaissant» (S.2, V52). Ce verset ne s’adresse qu’à ceux qui ont adoré le veau, Dieu leur pardonnant, afin de les voir manifester leur reconnaissance.
·         Le fait que les enfants d’Israël dirent : « Ô Moïse ! Nous ne croirons pas à ta mission que le jour où nous verrons Dieu face à face » (sourate 2, versets 55-56) après l’épisode de l’adoration du veau et le massacre des hébreux sous l’ordre de Moïse montre qu’ils ne le prirent pas au sérieux. A partir du moment où ils ne le prirent pas au sérieux, comment expliquer qu'ils acceptèrent de s'entretuer pour avoir adoré un veau ?
·        Ibn Kathir (mort en 923 après J.C.) rapporte de ce verset dans son interprétation du Coran qu’ils furent 70 000 personnes égorgées sans préciser qui le rapporte. En cherchant un peu, on trouve que la source vient sûrement de l’historien et traditionniste Mohammed Ibn Jarir Al-TABARI mort en 224 de l’hégire (838-839 après J.C.). Le livre que nous disposons ne nous donne qu’une seule version des faits, la version abrégée par un perse, Abou Ali Mohammad (vers 963 après J.C.), étant la seule version qui nous reste de Tabari. Il est intéressant d’étudier plus en détails cette version afin de savoir quel était leur nombre : L’armée d’Israël lors de la fuite était de 620 000 cavaliers, en exceptant les gens de pieds, les femmes, les enfants et les vieillards (p.164). Cependant nous avons un autre ordre de grandeur plus loin, Dieu ordonne que les  12 000 hommes qui n’ont pas adoré le veau tuent par l’épée plus de 400 000 hommes qui l’ont adoré (p.174). Pendant le massacre, Dieu fit miséricorde au peuple d’Israël, il ordonna d’arrêter l’effusion de sang. Résultat : 70 000 morts (p.175). Il reste donc  plus de 342 000 hommes. En comptant les femmes nous avons plus de 742 000 hébreux (sans compter les enfants) qui partiront un jour s’installer dans un village vide d’habitant et mangeront des produits de sa terre (Sourate 7, verset 161)… Le problème c’est que dans tout Canaan, il n’existait pas de villes et encore moins de villages capables d’accueillir tant de personnes, ni de jardins assez grands pour les nourrir. Les grandes villes ne dépassaient pas les quelques milliers d’habitants. De plus, ce nombre d'hébreux entre en contradiction avec un hadith sahih de Bukhari qui donne le nombre armé de Saül (Talut, à peu près 2 siècles après l'installation des hébreux et de Moïse en Palestine) lors de la traversée d'une rivière de 300 hommes. L'armée initiale de Saül devaît donc avoisiner les quelques milliers d'hommes vu le petit nombre qui ne but pas de l'eau d'après le Coran ("ils en burent tous sauf un petit nombre d'entre eux", Sourate 2, verset 249. Le petit nombre correspondant à 300 hommes, c'est eux qui purent rester avec Saül pour combattre Goliath). Comme le nombre ne pouvait être aussi élevé, (Pour s’installer dans un village, les hébreux ne pouvaient dépasser quelques milliers tout au plus), cela implique que toute l’histoire du massacre est peut-être faux. Par ailleurs l’archéologie a démontrée  que les hébreux ne pouvaient être aussi nombreux à s’installer en Palestine ; Les premiers Israélites se sont installés de manière continue sur une longue période à partir de -1200 dans toute la Cisjordanie. L’estimatif des premiers israélites sur plus de 500 sites est de 50 000 personnes sur toute la Cisjordanie au XIIIème siècle (sur tout le siècle) selon les archéologues (p.109). Cela revient à 100 personnes par sites. Il sera démontré par ailleurs dans un autre post que parmi eux se trouvaient les 12 tribus des enfants d’Israël, et qu’ils ne pouvaient dépasser les 1500 individus.
Ajoutons que les récits de Tabari comportent d’autres invraisemblances comme l’armée de Pharaon qui comptait cinq millions de cavaliers et un million sept cent mille chevaux (p.165) alors que les archéologues estiment à 2 800 000 le nombre d’habitants en Egypte à cette époque. Ou le règne du Pharaon de l'Exode qui dura 400 ans (p.168). Ou encore La taille du peuple des géants que devaient affronter les enfants d’Israël en Palestine qui était de 20 coudées, dont l’un deux faisait 800 coudées de leurs coudées (p.183). Ce dernier point a été repris dans l’interprétation du Coran d’Ibn Kathir, à la Sourate 5, Verset 22 qui dit dans son livre "L'authentique des récits des Prophètes" que ce sont "des récits hasardeux et faux rejetés par la raison et les Textes" ou "n'est pas authentique" ou encore "nullement authentique". De toute évidence ce sont des récits d'origines bibliques  (les fameux israïliyat) , voir Nombre XIII, 33 ; Deutéronome, IX, 2 ; Amos II, 11.
Enfin pour finir citons l'exégèse du Coran récent d'Al Azhar, al montakhab, où le verset 54 est interprété dans le sens du djhiad an-nafs, le combat intérieur.

Aucun commentaire: